15 Septembre 2018. Discours d'ouverture de Marie Claire Modot-Champoux.



Mesdames, Messieurs,


Merci à toutes et à tous d’être simplement présents, maintenant – pour célébrer le Quadricentenaire du Lycée Bonaparte d’Autun, à la suite des deux visites historiques et techniques qui viennent d’avoir lieu dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine ; la concomitance des deux évènements n’était pas évidente au départ, mais elle se révèle très fructueuse quand je vous regarde, si nombreux ! 
Je veux remercier toutes les personnalités présentes ainsi que tous les soutiens et toutes les bonnes volontés qui ont concouru à l’organisation de cette cérémonie – à savoir plus particulièrement :
-         Monsieur Colin, Proviseur du Lycée Bonaparte
-         Monsieur Rémy Rebeyrotte, Député 
-         Madame Josette Joyeux, Adjointe à la Culture de la Ville d’Autun
-         Monsieur Sylvain Mathieu, Vice-Président de la Région Bourgogne-Franche Comté représentant la Région au Conseil d’Administration du Lycée
-         Madame Marie-Claude Barnay, Présidente de la Communauté de Communes du Grand Autunois Morvan qui tous deux interviendront à ma suite
-         Et bien sûr, les membres du Conseil d’Administration de l’Association, Isabelle Thibaudet, Sophie Maglica, Gilbert Favelier, Colette Porte, Valérie Dupont, Nicole Maglica, Maurice Prêtesacque.


Je veux aussi exprimer notre gratitude et notre émotion aux onze membres de la
famille Roehrich qui sont là, aujourd’hui, venus parfois de très loin, pour rendre hommage à leur oncle – qu’ils n’ont bien sûr jamais connu.  Bienvenue parmi nous ! Nous sommes très touchés de vous accueillir en ce moment tellement spécial, et particulièrement Paul, qui est le relais auprès de la jeunesse du combat de son grand-oncle …


Je vous rappelle qu’à 19H, en salle Bussy-Rabutin se déroulera la conférence de clôture du Quadricentenaire, intitulée : « Le Collège/Lycée Bonaparte : élément du patrimoine de la Ville d’Autun » - notre conférencier sera André STRASBERG, Secrétaire Perpétuel de la Société Eduenne.  Il vous en coûtera 5€ à l’entrée si vous n’êtes pas membre de notre Association – (notre Association, l’une des plus anciennes associations d’anciens élèves de France, date de 1872 ! et ne vit que des cotisations de ses adhérents et des recettes des conférences qu’elle organise !). Enfin un cocktail amical offert par l’Association, le Lycée et la Ville d’Autun se tiendra en clôture de cet après-midi bien chargé !


Dans cette salle 1 de la Cour d’Honneur, qui portera désormais le nom de salle Henri ROEHRICH et dans laquelle ce portrait sera installé, vous pourrez également découvrir une exposition de photos de classe d’anciens élèves du Lycée : nous la devons à Isabelle Thibaudet, Secrétaire de l’Association et Ancienne Elève, également Responsable de la Classe Sciences et Patrimoine, qui s’est si bien impliquée dans la collecte de ces photos qu’elle a recueilli les 250 photos que vous trouverez exposées ici – et que vous pourrez retrouver sur le blog de l’Association !
Nous voici donc aujourd’hui réunis autour du souvenir d’Henri ROEHRICH. Pourquoi avoir choisi de saluer la mémoire d’Henri Roehrich en particulier ?
Eh bien voilà : pour célébrer le Quadricentenaire du Lycée, nous avons déroulé pendant l’année 2017 un cycle de conférences :
-         La première sur l’histoire des origines du Collège au 17ème siècle, avec Florian MARTIN, Professeur d’Histoire au Lycée et Bibliothécaire / Archiviste de la Société Eduenne
-         La deuxième sur l’histoire du Collège d’Autun de la Révolution au 19ème siècle, avec Marcel DORIGNY, Historien, Professeur à l’Université Paris 8
-         La troisième, intitulée : le Collège Joseph Bonaparte pendant la Seconde Guerre Mondiale : entre Résistance et Collaboration,  avec Georges MAGLICA, ancien Censeur du Lycée qui avait à l’époque, en 1985/1986  coordonné un travail d’ampleur effectué par les élèves sur l’histoire du Lycée, sous l’égide de Madeleine MEDARD, Professeur d’Histoire.

Lors de cette troisième conférence, nous avons pris conscience qu’un des résistants les plus impliqués – au prix de sa vie – pendant cette période trouble était Henri ROEHRICH et que nulle part à Autun hommage ne lui était rendu.  Nous avions donc trouvé là, dans les célébrations de ce Quadricentenaire, l’occasion de lui rendre enfin justice. Je dois à cet instant exprimer notre reconnaissance à Georges MAGLICA – qui nous a soufflé cette idée, ou plutôt l’a soufflée à Sophie, sa fille – suivant en cela la suggestion de Michel VILLARD dans son ouvrage « Ombres et Lumières de l’Occupation et de la Libération d’Autun » qui déjà posait la question : « A quand un Collège ROEHRICH – ou Mariot – à Autun ? ».
En effet, à ce jour, Henri ROEHRICH est honoré dans différents lieux :
-         Son nom est certes inscrit sur la plaque de commémoration du Lycée, derrière vous

-         La stèle du Pommoy, sur la commune de Roussillon en Morvan – érigée là précisément où il a été abattu par les nazis : chaque année c’est à cet endroit que débutent les célébrations de la Libération d’Autun le premier samedi de Septembre, et nous y étions le week end dernier. Merci au maire de Roussillon, Gérard Tremeray, d’être présent

-         Le Lycée Pasteur de Neuilly sur Seine, par lequel il est également passé, où son nom figure sur la plaque à la mémoire des élèves ayant perdu la vie en combattant ou en résistant, et où son nom a aussi été donné à une salle ???

-         Le cimetière d’Anost, où il est inhumé et où sa tombe est soigneusement entretenue et fleurie. Merci au Maire d’Anost, Jean-Claude Nouallet, d’être présent

Et voilà donc qu’à Autun dorénavant, au Lycée Bonaparte, son nom sera enfin honoré !
N’oublions jamais, et surtout pas dans la période que nous vivons, que si l’Histoire ne se répète pas, elle peut bégayer…
Sylvain MATHIEU va maintenant vous retracer le parcours d’Henri ROEHRICH dans la Résistance jusqu’à son dernier jour.
Puis Marie-Claude BARNAY nous rapportera le témoignage des hommes qui ont connu Henri ROERICH – ce qui les a éblouis en lui – voyez son regard, sa détermination dans ce portrait – nommément Maître Georges Martin, Raymond Barrault, Charles Echavidre et Paul Cazin.



Enfin deux élèves liront un poème de Paul Eluard, tiré de Ombres et Soleil – les poèmes de la Résistance – intitulé : FAIRE VIVRE (écrit en 1944)



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

15 septembre 2018. Faire Vivre . Poème en hommage à Henri Roehrich

15 septembre 2018. Discours de Marie Claude Barnay.Ceux qui l’ont connu en parlent ainsi…